UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2015

DE PLUS EN PLUS DE SENIORS TRAVAILLENT EN FRANCE

 

Travail-senior.jpg

Les carrières se sont allongées en France. Néanmoins, le taux d'emploi des 60-65 ans est deux fois plus important en Allemagne.

 En dix ans, le nombre de seniors qui travaillent a considérablement augmenté: selon une étude des services du ministère du travail publié jeudi, 45,6% des 55-64 ans étaient en emploi en 2013, contre 37% en 2003. C'est une des conséquences majeures des réformes successives des retraites. A vrai dire, la progression s'est surtout faite sur les 55-59 ans, qui sont désormais 67,5% à travailler. Dans cette tranche d'âge, le taux d'emploi est en France supérieur de près de 3 points à la moyenne européenne.

En revanche, chez les 60-65 ans, il est inférieur de 11 points à celui de nos voisins: en 2013, à peine 23,3% des seniors français de ces générations étaient toujours en poste. C'est deux fois moins qu'en Allemagne. Dans de nombreux pays en effet, l'âge de départ à la retraite est plus élevé que dans l'Hexagone et tourne autour de 65 ans.

Sur les dernières années, la tendance n'était pas au resserrement de l'écart entre la france et ses voisins européens. En 2012, une des premières décisions du gouvernement Ayrault a été d'élargir les conditions de départ à la retraite pour carrière longue. Résultat, 52.000 personnes de plus sont parties en retraite anticipée en 2013. Ce qui a eu un impact sur les chiffres globaux: le taux d'activité (qui agrège les personnes en poste et au chômage) sous-jacent des 55-64 ans n'a presque pas augmenté cette année-là.

Globalement donc, les réformes des retraites ont provoqué un allongement de la carrière des seniors. Dans l'immense majorité, ces derniers ont conservé un travail, comme le montre la hausse du taux d'emploi. Le report de l'âge de départ à la retraite n'a pas provoqué l'explosion du chômage promise par certains syndicats. Le taux de chômage des 55-64 ans (7% fin 2013) est resté inférieur à celui des autres tranches d'âge.

Forte hausse du chômage

Néanmoins, les seniors n'ont pas été épargnés par la crise: de début 2008 à fin 2013, leur taux de chômage a grimpé de 3,2 points, contre une augmentation 2,8 points pour l'ensemble des actifs. L'habitude, en cas de difficultés, de se séparer d'abord des salariés les plus âgés, reste bien ancrée en France… Pour cela, les entreprises utilisent beaucoup les ruptures conventionnelles. Pis, une fois sans emploi, les seniors ont plus de difficulté à retrouver un poste. Fin 2013, 59% d'entre eux étaient au chômage depuis plus d'un an, une proportion nettement plus haute que pour l'ensemble des chômeurs (42%).

Les seniors sont également plus nombreux que les autres actifs à travailler à temps partiel. Ainsi, 36% des femmes de plus de 55 ans ne sont pas à plein temps: ce sont typiquement des assistantes maternelles et des employées de maison.

 

La rédaction vous conseille :

 

(source LeFigaro.fr / Cécile Crouzel

Les commentaires sont fermés.