UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2015

FAMILLE - ENFANTS : QUI GRANDIT BIEN, JALOUSE BIEN

 

jalousie_frere_soeur.jpg

Les doudous volent, les cris fusent, la tempête éclate. Mais pourquoi maman ne jette pas ce nouveau bébé avec l'eau du bain ? Explications et conseils pour faire face à la jalousie entre frères et sœurs.

 

La jalousie est un thème universel: Caïn tue Abel, les frères de Joseph le vendent à des marchands, Cendrillon est martyrisée par ses demi-sœurs, les frères Corleone se disputent la tête de la mafia…

Parmi les plus de 3000 appels traités chaque année par la ligne d'écoute Allo Parents Bébé, la conversation aborde souvent les troubles rives de la jalousie lorsque la famille abrite plus d'un enfant. Les écoutantes deviennent alors un peu «des grands-mères qui écouteraient et conseilleraient leur fille», s'amuse Sabine Litwak, psychologue clinicienne et psychanalyste à l'Institut de puériculture de Paris de l'hôpital Sainte-Anne.

• La jalousie n'est pas un vilain défaut

Parents de tous pays, rassurez-vous: être jaloux du petit nouveau est… normal! «La rivalité aide à se construire, donc à penser», rassure Marina Bart, psychologue écoutante à Allo Parents Bébé. Mais elle peut particulièrement violente jusqu'à 3 ou 4 ans, âge auquel «l'enfant est intensément soumis à ses besoins donc lutte sans ménagements» contre l'intrus, estime Sabine Litwak.

La jalousie est donc normale, ce qui ne signifie pas qu'il faille la minimiser. «On ne se représente pas la rage, l'intensité de ce que les enfants vivent», glisse Sabine Litwak. Certains comparent cette rage à celle d'une femme dont l'époux déclarerait qu'il l'aime tellement, qu'il en veut une deuxième toute pareille… Lorsqu'un nouvel enfant arrive, l'aîné se sent exclu d'une relation qu'il croyait exclusive avec sa mère, explique Sabine Litwak, et le bébé est la preuve qu'elle a trahi en aimant ailleurs. Mais la comparaison s'arrête là: votre aîné n'occupe pas auprès de vous la même place que votre compagnon, et ce n'est pas trahir l'enfant que d'en faire un autre avec le père.

• Un territoire sans partage

«Après la naissance, les parents sont souvent très vigilants, rapporte Marina Bart. Mais le temps passe, la jalousie demeure, et cela devient compliqué de l'entendre.» La psychologue observe que la rivalité (re) surgit souvent lorsque le puîné a 8 à 12 mois. «Il commence à marcher, à empiéter sur le territoire de l'aîné, à devenir un véritable rival. Cela peut être difficilement supportable.»

«Le territoire constitue l'identité», détaille Sabine Litwak. Et là où l'aîné a longtemps régné seul, voilà qu'on lui intime de faire de la place. «Chacun ses jouets!», lance donc la psychologue, qui conseille aussi de laisser l'aîné décider de donner ou non ses affaires.

• Les bébés ne servent à rien

On était pourtant convaincu d'avoir bien motivé l'aîné pendant la grossesse, en lui disant combien ce serait formidable d'avoir «un copain avec qui jouer». Sauf qu'un bébé ça n'est pas très beau et ça ne fait que crier ou dormir. «Alors que l'enfant a renoncé à cette satisfaction suprême d'être nourri par sa mère, le bébé y a droit!», note Sabine Litwak. L'aîné peut alors régresser (pipi au lit, biberon, etc.) s'il juge que ce tout petit mobilise trop ses parents à force de ne savoir rien faire. Marina Bart conseille de «valoriser le grand, ses compétences, en faisant avec lui des activités de son âge et si possible à l'extérieur de la maison», et en lui accordant quelques privilèges (par exemple se coucher plus tard).

• L'amour n'est pas une tarte

L'amour qu'une maman porte à ses enfants n'est pas une tarte divisée en part égales, ni un gâteau dont on fabriquerait un nouvel exemplaire à chaque nouveau bébé. La question pour l'aîné n'est de toutes façons pas d'être aimé, glisse Sabine Litwak: «Ce qu'il veut, c'est être le préféré!» Avant de déclamer de pieux mensonges à vos enfants, admettez donc que non, vous ne les aimez pas tous pareils, mais plutôt chacun selon sa personnalité.

• Le droit de ne pas aimer

«La fraternité n'est pas innée, elle doit s'apprendre au terme d'un parcours où la violence et la haine fratricide ont dues être surmontées» rappelle Sabine Litwak. Car cette constante hésitation entre amour et haine est un équilibre fragile mais structurant, «que l'on retrouvera toute sa vie, dans ses relations professionnelles, ses amis», remarque Sabine Litwak.

Votre enfant a donc parfaitement le droit de ne pas aimer le plus petit et vous pouvez le lui dire ; tout en lui précisant qu'il ne doit pas pour autant lui faire du mal, parce que vous, vous aimez ce bébé! Les parents peuvent aussi raconter ce qu'ont été pour eux les relations avec leurs propres frères ou sœurs, surtout s'ils auraient adoré les perdre au fond des bois.

• L'aîné n'est pas une (grande) personne

Certains hésitent à avoir un deuxième enfant pour ne pas «faire ce coup là» à celui qu'ils ont déjà. «C'est faire porter à l'aîné quelque chose de très lourd», met en garde Sabine Litwak. L'aîné n'est pas un père, il n'a donc pas son mot à dire. De même, il ne faut pas devancer ses questions: en général, un enfant ne tarde pas à comprendre qu'il se passe quelque chose dans le ventre de sa maman, et sait poser les questions qui l'agitent.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE:

Ces leçons d'amour que nous donnent les animaux

 

«Une violence répétitive et intense est un signe d'alarme»

(source LeFigaro.fr / Soline Roy)

Les commentaires sont fermés.