UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2015

LA CIGARETTE BIENTOT BANIE DU CINEMA ?

 

borsalino_pic44146.jpeg

Alors que Michèle Delaunay souhaite que la loi Evin s'applique à l'industrie cinématographique française, la Toile se fait plus que jamais cinéphile. Sur Twitter, les internautes font savoir leur affolement à l'ancienne ministre.

 

Rangez-votre zippo! Et votre paquet de Marlboro. Après les bureaux de tabac, le cinéma français risque, lui aussi, de subir le nouveau traitement de la loi Evin. L'idée d'interdire l'usage de la cigarette dans le septième art hexagonal a en tout cas été émise au milieu du débat parlementaire, vendredi dernier.

Sur Twitter, Michèle Delaunay, ancienne ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie, également cancérologue, juge «indispensable» que ladite loi soit appliquée aux longs métrages français, qui, selon une étude Ipsos datant de 2012, sont 80% à contenir des scènes de tabagisme. L'actuelle députée de Gironde détaille son idée sur son blog, où elle interpelle notamment la ministre de la Santé, Marisol Touraine, priant cette dernière de «rappeler à l'industrie cinématographique l'interdiction de propagande ou publicité, directe ou indirecte, en faveur du tabac».

Un problème qui avait déjà fait couler beaucoup d'encre en 2009, notamment lorsque Métrobus, la régie publicitaire du groupe RATP, appliquant scrupuleusement ladite loi, refusait l'affichage de longs métrages utilisant le tabac sur leurs outils promotionnels. Ainsi, la production du film de Coco avant Chanel avait été contrainte de refaire une campagne d'affichage supprimant la cigarette entre les doigts d'Audrey Tautou. Idem pour Jacques Tati, dont la pipe était remplacée par un moulin à vent jaune sur l'affiche de la rétrospective que lui consacrait à l'époque la Cinémathèque française, reprenant une fameuse image du film Mon oncle.

Six ans plus tard, ce ne sont plus les visuels marketing des films au centre du débat, mais le contenu-même de la production cinématographique hexagonal. La loi Evin va-t-elle obtenir gain de cause auprès du ministère de la Santé, empêchant les réalisateurs français de faire fumer leurs acteurs et les scénaristes d'utiliser le mot «cigarette» dans leurs dialogues? Une bonne nouvelle pour les monteurs, qui seraient ainsi débarassés des problèmes de faux-raccords réguliers causés par les plans incluant une cigarette qui se consume, une mauvaise pour les cinéphiles, qui n'ont pas manqué d'exprimer leur désarroi face à l'idée de Delaunay sur les réseaux sociaux.

Michèle Delaunay@micheledelaunay

Il est indispensable que la loi Evin soit appliquée pr les films français qui contiennent aujd'hui pr 80% des scènes de tabagisme

Récemment, les studios Disney condamnaient l'usage de la cigarette à leurs personnages. Bob Iger, le président de la maison aux grandes oreilles depuis 2005, déclarait «étendre la politique d'interdiction de fumer à tous les films des studios Marvel, Lucas, Pixar et Disney». Cruella, Peter Pan ou encore la chenille d'Alice au pays des merveilles n'avaient qu'à bien se tenir.

Concernant le cinéma français, Michèle Delaunay évoque cependant une «dérogation» qui pourrait s'appliquer à certains cas de figure, notamment «quand les scènes filmées ont une valeur historique, en particulier dans les biopics, qu'elles correspondent à la mise en valeur d'une situation de stress ou de désespoir ou qu'elles contribuent elles-même à souligner les effets délétères du tabac», suggère-t-elle. Les œuvres autour Coco Chanel, Serge Gainsbourg et Yves Saint-Laurent seraient donc évincés de la loi Evin. Jean-Paul Belmondo, Brigitte Bardot, Fanny Ardant ou encore Jean Dujardin, gros fumeur dans La French, ne pourraient peut-être plus en dire autant.

La rédaction vous conseille :

(source LeFigaro.fr / Julia Beyer)

Les commentaires sont fermés.