UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/04/2015

GRANDE BRETAGNE : LA SUCCESSION DE LA REINE ELISABETH EN QUESTION

 

la-reine-elizabeth-ii-le-30-avril-2013-a-londres.jpg

Alors que la souveraine fête ses 89 ans, la transition prévue vers les générations suivantes ne se passe pas du tout comme prévu. Charles fait des siennes et William est focalisé sur la vie de famille et son job de pilote.

 

Happy birthday Your Majesty! La reine Elizabeth fête, ce 21 avril, ses 89 ans. En privé. Traditionnellement, l'anniversaire royal est célébré en juin par la nation lors de la cérémonie officielle de Trooping the Colour. La reine aura sous peu l'occasion de se réjouir de la naissance d'un nouvel arrière-petit enfant chez William et Kate. Puis, le 9 septembre marquera le jour où Elizabeth II deviendra le monarque au plus long règne de l'histoire britannique, dépassant son aïeule Victoria, qui avait passé 63 ans, 7 mois et 2 jours sur le trône. Longue vie à la reine!

Dans les coulisses des palais royaux, cependant, cette longévité ne va pas sans soulever de questions. Après le jubilé de diamant de 2012, Buckingham Palace avait lancé une transition censée se dérouler en douceur vers une quasi-régence de Charles. L'agenda de la reine a été considérablement allégé, son fils devant prendre le relais pour de multiples tâches de représentation, ainsi que ses petit-fils William et Harry. Pour veiller à la continuité de la monarchie, les services de presse de Buckingham et de Clarence House, la résidence de Charles, devaient fusionner.

Prolonger sa vie «normale»

Rien ne s'est passé comme prévu. Charles est certes monté en puissance en termes d'apparitions officielles, mais il a refusé de laisser tomber ses hobbys personnels, l'écologie, l'architecture, etc. Loin de l'image du monarque neutre et impartial, il ne veut pas mettre en sourdine ses opinions personnelles. Il se retrouve embarrassé par la décision de la cour suprême de publier, ce mois-ci, les lettres secrètes qu'il a écrites à différents ministres pour tenter de les influencer. Il n'a pas accepté de mettre ses conseillers sous les ordres de Buckingham Palace. De son côté, William ne souhaite pas abandonner son job de pilote d'hélicoptères pour devenir un «royal» à plein temps, espérant - encouragé par son père - prolonger le plus longtemps possible sa vie «normale» avec Kate.

Du coup, la reine continue de remettre des décorations à la pelle, elle va une fois de plus recevoir des milliers de personnes en plusieurs fournées lors des traditionnelles garden parties de printemps à Buckingham. Sa visite d'Etat à Paris, l'an dernier, avait été présentée comme son dernier voyage officiel à l'étranger, or elle se rendra en Allemagne en juin.

«Déni sur l'âge de la reine»

«La transition annoncée a déraillé, estime un correspondant royal. Buckingham Palace est dans le déni sur l'âge de la reine. Elle ne peut plus descendre un escalier sans se tenir à quelqu'un. Chaque matin, on ne sait pas si elle sera en mesure de présider les cérémonies d'investiture, mais il n'y a personne pour prendre le relais. On peut imaginer qu'après ses 90 ans, elle sera montrée une fois par an sur un balcon mais on ne peut pas ne pas la voir parce que ça alimenterait les rumeurs sur sa santé.»

Puisqu'il n'est pas question d'abdication, Elizabeth II, en pleine santé, dont la mère a vécu 101 ans, va devoir trouver un nouveau type de fonctionnement dans la dernière partie de son règne exemplaire.

  • La rédaction vous conseille :

 

(source LeFigaro.fr / Florentin Collomp)

Les commentaires sont fermés.