UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2015

ALLERGIES : LE BOULEAU SORT DU BOIS, LES GRAMINEES SONT EN EMBUSCADE

 

bouleauxruedessourcesprolongeeavril04.jpg

Cette semaine, le risque d'allergie aux pollens de bouleaux va être élevé de Strasbourg à Rouen et en descendant jusqu'en Auvergne et en Rhône-Alpes, alerte le Réseau National de Surveillance Aérobiologique.

Exit les cyprès, saules et peupliers qui «finissent doucement leur saison» souligne le RNSA (Réseau National de Surveillance Aérobiologique), voici venu le temps des bouleaux et des platanes qui vont entrer dans la danse des pollens au côté des frênes. Les graminées quant à elles qui étaient encore en embuscade ces derniers jours commencent à gagner du terrain au sud de la Seine. «Si le risque se limite pour l'instant à un niveau très faible à faible, les conditions météorologiques prévues pour la semaine prochaine seront favorables à la croissance de ces herbes folles», précise le RNSA. Leurs pollens sont prévus à partir du 23 avril sur Toulouse et du 26 avril à Lyon.

La semaine s'annonce donc très pénible pour les personnes allergiques aux pollens de bouleaux. La zone la plus concernée va s'étendre de Strasbourg à Rouen en d

 

escendant jusqu'en Auvergne et en Rhône-Alpes. «Il n'y a guère que le pourtour méditerranéen pour résister». Dans cette région, le risque allergique est qualifié de «faible» par les responsables du réseau. En ce qui concerne les platanes, le risque va s'étendre doucement cette semaine au nord de la France, Paris faisant exception avec un risque déjà considéré comme élevé. Dans le sud de la France, il est à un niveau moyen sauf également dans certaines localités bien circonscrites.

ATTENTION AUX INTERACTIONS AVEC LA POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE

Il est indispensable pour toutes ces personnes de suivre un traitement voire, de consulter un médecin spécialiste. En moyenne les allergiques atteints de rhinite attendent entre 5 à 10 ans avant de consulter un allergologue rappelle le dossier très complet consacré aux allergies dans le quatrième numéro du Figaro Santé. «Même si la rhinite est soulagée par les antihistaminiques et les corticoïdes, consulter un allergologue permettra de dépister d'éventuelles allergies croisées», souligne ainsi le Pr Frédéric de Blay pneumologue au CHU de Strasbourg. «Ainsi, ceux qui sont sensibles aux pollens de bouleau ont des risques de l'être à la pomme mais aussi au céleri pour lequel les réactions peuvent être très violentes» ajoute-t-il.

Ce sont surtout les pollens transportés par le vent (plantes anémophiles) qui sont responsables des allergies par rapport à ceux transportés par les insectes (plantes entomophiles). Combien de personnes sont concernées? «Selon certaines estimations, le nombre de personnes touchées par des pathologies allergiques respiratoires comme les rhinites saisonnières et l'asthme aurait doublé ces 20 dernières années dans les pays industrialisés», précise l'Anses (Agence de sécurité sanitaire, de l'alimentation de l'environnement et du travail). «Les estimations les plus pertinentes de la prévalence de l'allergie aux pollens issues d'enquêtes épidémiologiques menées en France de 1994 à 2006 sont au plus de 7 à 20 % chez les enfants et de l'ordre de 30 % chez les adultes», souligne encore l'organisme avec des variations importantes selon les régions. Enfin, dans un avis rendu l'an dernier l'Anses rappelle les risques importants d'interaction entre ces allergies et la pollution atmosphérique.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE:

«Le beau temps fait exploser les pollens» 

Les allergies aux pollens sont de retour 

Le nez, les yeux et les poumons sont les plus exposés. 

 

Allergie au pollen: se soigner dès les premiers signes 

(source LeFigaro.fr / Marielle Court )

Les commentaires sont fermés.