UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/06/2015

LITTERATURE : GILLES LEROY, PRIX MARCEL PAGNOL

LEROY.jpg

 

La récompense qui distingue un roman évoquant les souvenirs d'enfance a été attribuée à l'auteur du Monde selon Billy Boy.

 

Cette année, le Prix Marcel Pagnol fêtait ses quinze ans. Il a dépassé l'âge du petit garçon du Château de ma mère et de La Gloire de mon père. Mais cette récompense littéraire a gardé toute sa fraîcheur, et le thème sur lequel le jury choisit sa sélection de livres à couronner est éternel: le souvenir d'enfance est le sujet par lequel passent tous les écrivains.

Du coup, chaque année, le choix est cornélien et le lauréat forcément bon. L'édition 2015 ne fait pas exception. Bien au contraire: ils ont rarement été aussi nombreux à pouvoir postuler. Au total, ce sont huit écrivains qui restaient en lice: Jean-Pierre Darroussin, avec Et le souvenir que je garde au cœur (Fayard), Justine Lévy, La gaieté (Stock), Gilles Leroy, Le Monde selon Billy Boy (Mercure de France), Marc Lavoine, L'homme qui ment (Fayard), Sylvia Hansel, Noël en février (Rue Fromentin), Frédéric Aribit, Trois langues dans ma bouche (Belfond), Frédéric Mitterrand, Une adolescence (Robert Laffont), Juliette Kahane, Une fille (L'Olivier).

Et le gagnant est… Gilles Leroy. Il faut dire que son nouveau roman colle parfaitement à l'esprit du Prix Marcel Pagnol. Dans Le Monde selon Billy Boy, publié chez Mercure de France, le lauréat du Goncourt 2007 avec Alabama song plonge dans la mémoire familiale et retrace l'histoire de sa mère et de sa naissance. Le romancier fouille dans l'album de famille, et plus précisément il tente de «revoir» la vie de sa mère et de son père juste avant sa naissance. Cet enfant de l'amour n'était pas vraiment attendu. Il est le fruit d'une passion adolescente: sa mère Éliane avait alors dix-neuf ans. Son père André, dit Dédé, dix-sept ans, un comportement de gamin et une moustache qui l'aidait à mentir sur son âge. À l'heure de vérité, quand il apprend que sa chérie est enceinte, il fuit. Pire, sa famille tente de convaincre Éliane de «le faire passer» et n'ont pas de mots assez durs à l'égard de la jeune fille abandonnée par tous.

Un beau roman d'amour d'un enfant pour ses parents

Après la vie des autres, (Zelda Fitzgerlad, Nina Simone…), Gilles Leroy a puisé dans la vie des siens. Il parle avec avec justesse et tendresse de sa mère et de son père. Et pourtant son père n'était ni juste ni tendre. Mais l'écrivain ne juge pas. Il laisse les lecteurs à leur propre sentiment. Il montre que les êtres ne sont pas faits d'un bloc. Dédé et Éliane, comme tous les hommes et les femmes, sont des personnes entières, c'est-à-dire complexes. Les psychologies, les rêves et les lâchetés sont authentiques. De fait, Gilles Leroy brosse aussi le portrait d'une époque, celle du début des années 1960. Le jury a sans doute été sensible au style Leroy, à ce beau roman d'amour d'un enfant pour ses parents.

Le Prix Marcel Pagnol a été créé par Floryse Grimaud en 2000 à Aubagne, en même temps que le festival «Terres d'enfance», il a pour partenaire le Fouquet's Barrière. Il est doté de 3000 euros. Le Jury, présidé par Jacqueline Pagnol et Daniel Picouly, est composé de Azouz Begag, Guy Goffette, Karin Hann, Xavier Houssin, Stéphanie Janicot, Nicolas Pagnol (le petit-fils de Marcel), Claude Pujade-Renaud et Floryse Grimaud.

La rédaction vous conseille :

 

(source LeFigaro.fr / Mohamed Aissaoui )

Les commentaires sont fermés.