UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2015

WATERLOO EDUCATIF : NAPOLEON EXCLU DES PROGRAMMES SCOLAIRES :(

portrait_of_napoleon_bonaparte.jpg

 

 

 

FIGAROVOX/TRIBUNE - Alors que l'on célèbre le bicentenaire de la bataille de Waterloo, le Député-Maire d'Ajaccio Laurent Marcangeli regrette le peu de place accordé à l'Empereur dans les programmes scolaires.

 

On célèbre aujourd'hui Waterloo mais on oublie l‘essentiel. Si la France a décidé de bouder à juste titre les commémorations de l'ultime combat de Napoléon, elle se refuse pourtant toujours à lui donner la place qu'il mérite dans la mémoire collective. Dernière illustration de ce parti pris idéologique et politique: la réforme des programmes d'histoire du CM2 qui font l'impasse sur une période de plus de 100 ans comprenant l'épopée napoléonienne, l'Empire et la Restauration. Au collège, la place accordée à l'Empereur n'est guère plus favorable puisqu'il est relégué désormais à “un élément de compréhension contextuel”. Le Consulat et l'Empire avaient eux été largement escamotés des programmes de Seconde ; quant à Napoléon III et le Second Empire, ils avaient subi le même sort en classe de Première. On ne peut qu'être inquiet face à cette évolution qui voit l'histoire nationale en tant que telle et l'histoire napoléonienne en particulier, disparaître. On ne peut que regretter que de grands personnages soient marginalisés dans nos programmes car ce qui fait avant tout l'histoire et l'identité d'un pays, ce sont les hommes et les femmes qui les incarnent.

Le silence officiel autour de l'épisode napoléonien et de son héritage sont révélateurs de l'enfermement idéologique de ce Gouvernement qui ne fera qu'aggraver la crise identitaire que connaît la France. ( Un gouvernement et un Président dont on ne parlera plus .... bientôt et encore moins dans l'histoire de France ! )

On ne peut surtout, que s'étonner indéfiniment de ce qui s'apparente à un véritable déni: supprimer des programmes scolaires, le père fondateur de notre système éducatif. Car, faut-il le rappeler, Napoléon est non seulement le bâtisseur d'une oeuvre civile sans précédent qui a posé les piliers fondateurs de notre société contemporaine mais aussi celui de l'éducation nationale française, dimension essentielle de notre modèle républicain. Il a entrepris durant quatre années de son règne, une réforme de l'administration, de la justice, et des finances, réorganisé les cultes, lancé legrand chantier de la codification.

Et toutes ces créations qui perdurent aujourd'hui: le Conseil d'État, les préfets, la Banque de France, le concordat, la légion d'honneur, le code civil etc. En outre, dès 1802, il crée une nouvelle organisation des lycées en faisant une synthèse entre les traditions de l'Ancien Régime et les acquis de la période révolutionnaire. Dès 1806, il engage une profonde réforme de l'enseignement en donnant naissance à l'Université moderne, institution regroupant l'ensemble des formations dispensées en France, de l'enseignement primaire jusqu' à l'enseignement supérieur. La création des lycées s'inscrit ainsi dans une œuvre scolaire qui embrasse l'ensemble des niveaux d'éducation, du primaire au supérieur, sans négliger l'enseignement féminin, signe de sa modernité et d'une préoccupation de propager les Lumières en France, mais aussi dans toute l'Europe…

Enfin, en mars 1808, plusieurs décrets d'application entrent dans le détail de son organisation dont celui du 17 mars qui crée le Baccalauréat. Plus de deux cent sans après sa création, celui-ci reste une des institutions napoléoniennes à laquelle les Français restent le plus attachés. La France a depuis mis en place la généralisation de l'enseignement primaire, puis de l'enseignement secondaire et la massification de l'enseignement supérieur en conservant l'ossature du système créé sous l'empire.

Comment-peut on dès lors, reléguer à un niveau d'apprentissage anecdotique, celui qui a mis en place notre système éducatif républicain et s'est affirmé, particulièrement à travers son œuvre scolaire, comme un homme des Lumières? Pourquoi ne pas accorder de place dans les programmes d 'histoire donc dans la mémoire collective, à cet héritage extraordinaire, dans ce qu'il a de positif comme de négatif? Le silence officiel autour de l'épisode napoléonien et de son héritage sont révélateurs de l'enfermement idéologique de ce Gouvernement qui ne fera qu'aggraver la crise identitaire que connaît la France.

  • (source LeFigaro.fr / Laurent Marcangeli)

Les commentaires sont fermés.