UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2015

LES CAHIERS DE VACANCES : LA MINE D'OR DES EDITEURS

 

VAC images.jpeg

Si le marché du livre connaît un recul en 2014, celui des cahiers de vacances fait mieux que résister avec une croissance de 1% et un chiffre d'affaires qui fait envie: 25 millions d'euros! C'est le résumé de l'étude que vient de publier le cabinet GfK, spécialiste du marché du livre.

Et pourtant, ces cahiers ne coûtent pas cher: moins de 6 euros, en moyenne, mais il s'en vend beaucoup. Car, contrairement au roman ou à l'essai, c'est un «produit de grande consommation», puisque près de sept cahiers sur dix sont vendus en grandes surfaces alimentaires. Il suffit d'observer les rayons des super et hypermarchés à l'approche des vacances ou pendant tout l'été. Du coup, observe GfK, les ventes sont effectivement très concentrées sur la période de juin à mi-juillet. Ces millions d'exemplaires s'écoulent en quelques semaines.

Le cahier de vacances profite de la culpabilité des parents ou de la peur de certains enfants de ne pas être prêts pour la rentrée. Révision, préparation: le phénomène s'appuie sur ces deux arguments massue. C'est la primaire et la maternelle qui se «vendent» le mieux. Mais les cahiers de vacances pour adultes commencent à percer, également. Le «tout-en-un» l'emporte, question matière étudiée, mais l'anglais et les mathématiques sont plébiscités.

«Après plusieurs années en croissance, l'univers du parascolaire est en recul en volume et en valeur. Seuls les cahiers de vacances et les cahiers de soutien sont en positif par rapport à l'année dernière», analyse Marine Gaultier, consultante GfK, l'institut qui réalise le palmarès des meilleures ventes.

La rédaction vous conseille :

 

 

(source LeFigaro.fr /Mohammed Aissaoui)

Les commentaires sont fermés.