UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2015

LE MARCHE DES TABLETTES POURSUIT SA BAISSE

 

tablettes.jpg

Les ventes de tablettes dans le monde ont reculé de 7% par rapport à 2014.

 

Oubliée, la grande époque de l'iPad. Le marché des tablettes continue à régresser, selon des estimations publiées mercredi par le cabinet de recherche IDC. Près de 44,7 millions de tablettes ont été vendues dans le monde lors du deuxième trimestre 2015, soit une baisse de 7 % par rapport à la même période en 2014. Cette dégradation se poursuit depuis maintenant trois trimestres. «Des cycles de vie plus longs, une concurrence accrue d'autres catégories, comme les très grands smartphones, combinés avec le fait que les utilisateurs peuvent installer les derniers systèmes d'exploitation sur leurs vieilles tablettes, ont étouffé l'enthousiasme pour ces appareils chez les consommateurs», estime Jitesh Ubrani, analyste chez IDC.

Outre cette baisse, le marché est bouleversé par un nouveau rapport de force entre les différents fabricants. Apple reste le leader du secteur, avec 24,5 % du marché conquis par ses iPad. Néanmoins, ses ventes ont baissé de 17,9 % en un an. La chute est tout aussi dure pour le sud-coréen Samsung, qui occupe 17 % du marché mais dont les ventes ont baissé de 12 %. D'autres constructeurs, habituellement plus discrets, ont su se distinguer. C'est notamment le cas du sud-coréen LG Electronics, dont les ventes ont explosé de 246,4 % en un an. Le chinois Huawei a également enregistré des performances très satisfaisantes, avec une progression de ses ventes de plus de 103 %. D'après IDC, une telle croissance s'explique par la production de produits de niche qui sont mal exploités par Samsung ou Apple, comme les tablettes pouvant se transformer en ordinateur portable ou disposant d'un écran plus grand.

La rédaction vous conseille :

 

Les commentaires sont fermés.