UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2015

YVES LECOQ DES GUIGNOLS :" ILS NE PEUVENT PAS ME VIRER "

 

yves-lecoq-2.jpg

LE SCAN TÉLÉ - À l'heure des changements de Vincent Bolloré sur Canal+, le célèbre imitateur s'est confié sur l'avenir de l'émission satirique, en crypté dès la rentrée prochaine.

 

 

Il est LA voix des marionnettes. Avec un répertoire de plus de 150 imitations différentes, Yves Lecoq travaille depuis 1988 pour Les Guignols de l'info sur Canal+ et compte bien y rester. Malgré l'annonce du passage en crypté de l'émission et l'éviction de ses auteurs, le septuagénaire est resté confiant mercredi matin au micro de la radio MFM: «S'ils veulent que les Guignols continuent, ils sont obligés de me garder dans l'affaire. Ils ne peuvent pas m'éjecter. J'ai un capital de voix qu'on ne peut pas remplacer comme ça par deux ou trois imitateurs, surtout que le studio est petit.» De la marionnette de PPD à celle de Jacques Chirac en passant par Nicolas Sarkozy, c'est lui qui enregistre chaque jour les dialogues des personnages en latex.

Si l'imitateur n'a pas l'air de craindre pour son emploi, il reste tout de même sceptique quant à la viabilité de la mise en crypté du programme: «Ca nous enlève un peu de l'influence qu'on pouvait avoir sur telle ou telle tranche et surtout notre public, et l'horaire. C'est un peu une mise de côté, en disant qu'ils ont sauvé l'existence des Guignols, les marionnettes existent encore, on les met pas toutes au feu…». Ou du moins, pas tout de suite, comme le pense certains de nos internautes.

Quant à l'arrivée d'une nouvelle équipe pour remplacer la précédente, il n'est pas sans langue de bois. «Ça peut aussi changer l'esprit mais une nouvelle génération va arriver. Sachant qu'eux étaient déjà un peu prêts à partir». Yves Lecoq confirme à demi-mot le départ forcé des auteurs du journal satirique: «Vous savez, quand vous êtes stressés au quotidien pour l'écriture d'un journal, quelquefois ça fatigue et certains auteurs demandaient à partir, même si là ça a été un peu plus radical...»

 

 

(source LeFigaro.fr /Merwane Mehadji)

Les commentaires sont fermés.