UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/08/2015

SCOTLAND YARD : UNE NOUVELLE PISTE POUR JACK L'EVENTREUR

Jack_the_ripper.jpg

 

Selon un chirurgien, auteur de The Real Mary Kelly, le meurtrier serait un journaliste de 51 ans. La justice anglaise vient d'ordonner l'exhumation de la cinquième victime du tueur à la suite de la parution de son livre.

 

Pour la première fois, la justice anglaise vient d'ordonner l'exhumation d'une victime présumée de Jack L'Éventreur. Mary Jane Kelly, qui fut assassinée le 9 novembre 1888, est la dernière des cinq victimes du serial killer. Cette décision, annoncée dans le quotidien The Telegraph, intervient à la suite de la parution d'un ouvrage, The Real Mary Kelly, écrit par Wyne Weston-Davies qui affirme que Mary Jane Kelly est en fait son arrière grand-tante, de son vrai nom Elizabeth Weston-Davies et qu'elle fut sauvagement assassinée par un monstre qui n'était autre que son époux, un certain Francis Spurzheim Craig.

C'est en effectuant des recherches généalogiques sur sa famille que l'auteur, un chirurgien aurait fait de troublants recoupements entre son arrière grand-tante et l'affaire qui embrasa Londres à la fin du XIXe siècle. Ayant épousé Francis Spurzheim Craig en 1885, Elizabeth se serait prostituée sous le nom de Mary Jane Kelly alors que son ménage battait de l'aile. Son époux l'aurait alors assassinée. Celui qui se proclame son petit neveu avance plusieurs indices pour étayer sa thèse.

À l'époque du meurtre, Craig, journaliste de 51 ans, couvrait l'actualité des faits divers et suivait particulièrement l'enquête de police en cours. Il vivait à Mile End Road, à sept minutes du lieu où la première victime de L'Éventreur fut retrouvée. D'après Weston-Davies, il aurait pu éliminer les quatre autres femmes dans le seul but de couvrir le crime passionnel de son épouse. Il se suicida par la suite en s'ouvrant la gorge selon le même mode opératoire que ses victimes.

Si sa théorie se confirme, elle apporte aussi un visage au tueur puisqu'il existe, toujours selon Wyne-Davies, un croquis de Francis Spurzheim Craig que l'on peut voir en train de travailler au tribunal. Cette hypothèse n'est cependant que la énième, et pas la moins rocambolesque, concernant le mystérieux tueur de femmes. Et si la justice a accepté pour la première fois d'exhumer l'une des cinq victimes présumées du meurtrier, c'est d'abord pour établir un éventuel lien de parenté avec Wyne Weston-Davies. Le reste n'a bien évidemment pas été commenté.

  • La rédaction vous conseille :

( Source LeFigaro .FR /Françoise Dargent)

Les commentaires sont fermés.