UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2015

MANAUDOU , LE SENTIMENT DU DEVOIR ACCOMPLI

florent-manaudou-peugeot-ambassadeur-marque-2014.jpg

 

Après avoir conquis sa troisième médaille d'or à Kazan, sur sa distance de prédilection, le 50m nage libre, Florent Manaudou ne cachait pas sa satisfaction. Mais si, éternel perfectionniste, il trouvait à y redire...

Florent, quel est votre premier sentiment après ce titre mondial ?
Florent Manaudou : Le sentiment du devoir accompli, d'avoir fait ce qu'il fallait pour réaliser de bons Championnats du monde. J'étais venu pour gagner ce 50m, et uniquement ce 50 on va dire.

Est-ce un rêve de gosse que vous réalisez ?
Quand on est petit, on veut être champion du monde, et là j'arrive à en avoir trois (titres de champions du monde NDLR), dont deux en individuel, c'est vraiment génial. Je ne pouvais pas faire mieux, peut-être au niveau du temps, mais pas au niveau des places. C'est un peu une confirmation, parce que depuis mon titre au Jeux olympiques à Londres, je n'ai pas gagné beaucoup de grandes compétitions en grand bassin. A Barcelone (pour les Mondiaux de 2013), le fait de faire cinquième, même pas de podium sur la distance sur laquelle j'étais champion olympique, c'était assez dur. J'avais vraiment fait une finale nulle, trois dixièmes de plus qu'en demies. Ça m'a permis ce soir de ne pas faire la même erreur.

C'est une semaine très riche pour vous...
J'ai eu la bonne surprise d'être en forme pour gagner le 4x100 m avec les copains (dimanche) et le 50m papillon (lundi). Je savais que j'étais en forme, qu'un deuxième jour est toujours meilleur qu'un premier jour pour moi. C'est cool.

Il me manque un peu de jambes, mais je sais que c'est de bon augure pour l'année prochaine.

Comment avez-vous abordé cette finale ?
Ça m'avait un peu énervé de voir Nathan (Adrian) nager 21''3 en demies. Je n'étais pas très serein pour cette finale. Je me suis posé beaucoup de questions entre hier et aujourd'hui, à me dire pourquoi je n'arrive pas à faire un bon start, pourquoi je n'arrive pas à être devant aux 15m comme d'habitude. C'était assez frustrant et ce soir j'arrive à rectifier le tir. Je ne suis pas très rapide, mais je suis meilleur qu'en demies, donc ça suffisait pour gagner.

Pas très rapide ?
Aux 15 mètres ! (Rires) A l'Insep, on avait fait des prises de temps en combinaison. J'ai tapé sur la plaque et ça faisait 21''18, je me suis dit qu'il fallait que je fasse ce temps. Il y en a plusieurs qui me voyaient nager 21''1, c'était le mieux que je pouvais faire aujourd'hui. Il me manque un peu de jambes, mais je sais que c'est de bon augure pour l'année prochaine.

Y-a-t-il une compétition entre vous et votre soeur Laure, à celui qui gagnera le plus de médailles ?
J'espère qu'on fait la fierté de nos parents. Il n'y a pas vraiment de compétition entre nous, j'étais très content quand elle gagnait et je pense qu'elle est très heureuse aussi. Elle sait ce que c'est. C'est peut-être un peu stressant pour elle, moi à son époque je ne savais pas vraiment ce que c'était.

A LIRE AUSSI

 

(source LeFigaro.fr )

Les commentaires sont fermés.