UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/08/2015

CORD , L'APPLICATION MOBILE QUI REDONNE GOÛT AU MESSAGE VOCAL

 

cord-impriecran-550x514.jpg

Cette application mobile, cofondée par un Français, permet d'envoyer de courts messages vocaux à ses amis. Elle a déjà reçu le soutien de Google et de Xavier Niel, fondateur de Free.

 

On aurait presque oublié qu'un téléphone sert à l'origine à se parler. Thomas Gayno, un entrepreneur français expatrié à New York, est le co-fondateur et PDG de Cord, une application mobile qui espère remettre au goût du jour le message vocal.«L'idée nous est venue quand ma fille a commencé à dire ses premiers mots», explique cet ancien employé de Google. «J'étais au travail, donc sa nourrice les a enregistrés sur son portable et a essayé de me les envoyer par MMS. Mais le fichier était dans un format que mon téléphone ne pouvait pas ouvrir, le son était mal compressé, c'était incroyablement compliqué!»

Cord, dont la nouvelle version sort jeudi, est une application où l'on peut déposer des courts messages vocaux (pas plus de 12 secondes) à ses amis, en appuyant sur la photo de l'un de ses contacts (dans son répertoire téléphonique, sur Facebook ou Google+). On peut aussi déposer des messages publics au sein de chaînes thématiques, ou les envoyer à une personne qui n'a pas l'application, en envoyant un lien unique par SMS ou mail.

 

 

«Le message vocal est différent du répondeur», assure Thomas Gayno. «Lorsqu'on appelle quelqu'un et qu'on tombe sur son répondeur, notre premier réflexe est généralement de raccrocher. On a besoin de lui parler immédiatement. Avec les messages vocaux, nous n'attendons pas forcément une réponse instantanée. C'est une temporalité différente.»

Le répondeur téléphonique a un autre défaut de taille: de moins en moins de gens l'utilisent.En 2012, l'institut PewResearch Center notait déjà que 25% des jeunes Américains refusaient de passer des coups de fil sur leur téléphone. Ceux qui discutent encore de vive voix sont en déclin: 14% des personnes interrogées affirmaient parler avec un ami au téléphone au moins une fois par jour en 2012, contre 30% en 2009. Si leurs aînés sont davantage portés sur la voix, cela ne signifie pas pour autant qu'ils apprécient laisser un message après le bip. Certaines grandes entreprises, comme Coca Cola ou JPMorgan Chase, ont décidé de retirer à leurs employés leur répondeur. Apple envisagerait même de retranscrire les messages vocaux reçus sur iPhone en SMS, tellement leur écoute est devenue une corvée.

L'enjeu des objets connectés

«Je pense que c'est un cliché de dire que les jeunes n'aiment pas parler au téléphone», affirmeThomas Gayno. «Ils n'aiment peut-être pas passer des coups de fil ou laisser des messages vocaux. En revanche, ils s'envoient des vidéos sur Snapchat. J'ai vu des ados filmer leur table pendant qu'ils parlaient au micro, parce qu'ils n'avaient pas envie de se montrer. On répond à ce besoin.» D'autres applications de messagerie,comme WhatsApp ou Messenger, permettent d'enregistrer de courts messages vocaux. Thomas Gayno affirme que 80% des adeptes de Cord ont moins de 20 ans. La start-up ne communique pas son nombre d'utilisateurs, mais revendique plus de 500.000 téléchargements depuis son lancement, en décembre 2014.

Cord est aussi disponible sur Android Wear, le système d'exploitation de Google pour les montres connectées, et devrait débarquer sur l'Apple Watch avant la fin de l'année. «Nous avons travaillé sur les objets connectés au sein de Google et nous avons vite compris que sans clavier, il fallait trouver un nouveau moyen de communiquer facilement sur ce genre de machines», résume Thomas Gayno. Une vision qui semble être partagée par les investisseurs. Cord a levé 1,8 million de dollars auprès de Google Ventures, le fonds d'investissement pour les start-up de Google, et de plusieurs personnalités françaises, dont Xavier Niel et Pierre Kosciusko-Morizet. La start-up, basée à New York, réfléchit désormais à son modèle économique. «On pense que Cord pourrait avoir une véritable utilité pour certains professionnels», suggère Thomas Gayno. «Lorsqu'un ouvrier du bâtiment veut communiquer avec un collègue, mieux vaut qu'il parle à son téléphone en gardant un œil sur le chantier plutôt que d'envoyer un texto!»

La rédaction vous conseille :

(source LeFigaro.fr /Lucie Ronfaut

Les commentaires sont fermés.