UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/08/2015

LES SALLES DE MEETING FETICHES DES POLITIQUES

 

DSCF8279.JPG

 

LE SCAN POLITIQUE/LES LIEUX SYMBOLIQUES (5/5) - À la faveur de l'été, Le Scan vous propose d'explorer ces lieux, hors des sièges de partis ou des assemblées représentatives, où se fabriquent les liens du pouvoir. Focus aujourd'hui sur les salles de meetings préférées des politiques.

Chacun a ses petites habitudes. La taille, la localisation, l'architecture... les politiques et les partis ont tous leur salle fétiche pour y organiser des rassemblements, essentiellement situées à Paris et sa proche périphérie. Tour d'horizon.

» La Maison de la Mutualité: (photo)

C'est le repaire des socialistes. À quelques mètres du boulevard Saint-Germain, non loin de la rue de Solférino, la Maison de la Mutualité - les socialistes l'appellent «la Mutu» - accueille des partis de gauche depuis sa construction, dans les années 30. Siège de la Fédération mutualiste de Paris, elle a accueilli dès 1933 les congrès de la SFIO. Le PS en a naturellement fait l'un de ses lieux favoris: il y organise notamment ses congrès d'investiture avant la présidentielle - Lionel Jospin en 2002, Ségolène Royal en 2006-. C'est également là que se réunit, au moins quatre fois par an, le conseil national, sorte de Parlement du parti. Entorse notable à la tradition socialiste du lieu: c'est là que Nicolas Sarkozy a prononcé, en 2012, son discours d'adieu après sa défaite au second tour de la présidentielle.

» La Porte de Versailles

C'est ici que se déroule chaque année l'un des événements les plus politiques qui soient: le Salon de l'agriculture. À droite comme à gauche, il n'est pas un responsable qui manquerait ce rendez-vous. visant à s'attirer les faveurs du monde agricole. Mais la Porte de Versailles s'est aussi faite le théâtre de nombreux meetings de Nicolas Sarkozy, qui en a fait une sorte de QG. Le président des Républicains était notamment venu y célébrer dans un grand show à l'américaine, le 14 janvier 2007, sa très nette investiture par les militants UMP en vue de la présidentielle. L'ancien chef de l'État a aussi choisi ce lieu, le 7 novembre dernier, pour venir prononcer son premier discours parisien en tant que candidat à la présidence de l'UMP. C'est là, également, que se réunissent la plupart des conseils nationaux de l'UMP.

» Villepinte:

Sa capacité fait sa force. Avec ses 242.000 m² de surface et ses neuf halls, Villepinte est le plus grand parc d'expositions français. Un lieu de choix pour les politiques en quête de démonstration de force. Comme Nicolas Sarkozy, qui y a réuni 60.000 militants pour son premier meeting de campagne, le 11 mars 2012. Ségolène Royal a également choisi ce lieu pour, en février 2007, pour y prononcer le discours phare de sa campagne et présenter son «pacte» présidentiel.

» La Maison des Métallos:

Haut lieu du syndicalisme, cette ancienne manufacture située dans le quartier Oberkampf, a été le siège d'actions politiques symboliques, comme l'organisation de l'aide à l'Espagne républicaine ou de la lutte contre les guerres d'Algérie et du Vietnam. Transformée en établissement culturel dépendant désormais de la mairie de Paris, elle accueille régulièrement des débats et événements politiques. C'est là, par exemple, que François Hollande a présenté ses 60 engagements lors de la campagne présidentielle de 2012.

» La Bellevilloise:

 

Ce lieu culturel très «bobo» situé dans le XXe arrondissement, sur le site d'une ancienne coopérative ouvrière, héberge souvent des événements politiques, organisés le plus souvent par des partis de gauche. L'occasion de commémorer le passé du lieu, qui accueillait les premières réunions de Jean Jaurès avant la première guerre mondiale. Les écologistes, notamment, s'y réunissent fréquemment: ils y ont par exemple fêté leurs résultats historiques aux élections régionales de 2010 (12%), et Eva Joly y a prononcé son discours d'investiture en 2011. Certains socialistes, comme Arnaud Montebourg lors de la primaire de 2011, y ont également leurs habitudes. Mais pas que: François Bayrou y a lancé sa campagne des élections européennes 2009, Valérie Pécresse celle des régionales de 2010.

(source LeFigaro.fr )

Les commentaires sont fermés.