UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2015

JEAN-MICHEL APHATIE : " C'EST DESORMAIS ERIC ZEMMOUR QUI EST A LA MODE "

 

jean-michel-aphatie-journaliste-sur-rtl.jpg

LE SCAN TÉLÉ - Dans un long entretien, le nouveau visage d'Europe 1 revient sur son départ de RTL et de Canal +. Il en profite pour faire passer des messages à ses anciens employeurs.

 

Stressé mais surtout excité. Voici l'état d'esprit du moment de Jean-Michel Aphatie à la veille de sa toute première rentrée sur Europe 1. Alors qu'il s'apprête à prendre les commandes de la tranche midi de la station de la rue François Ier, le journaliste se confie dans les colonnes de L'Obs Télé.

Et la pression semble déjà reposer sur ses épaules. «À moi d'être à la hauteur», lâche Jean-Michel Aphatie qui, dans un premier temps, devait co-animer l'émission de radio avec Wendy Bouchard. Ce sera finalement Maxime Switek qui remplacera la jeune femme, désormais à la tête des matinales du week-end. Le journaliste justifie ce brusque changement: «Wendy Bouchard a animé, seule, Europe Midi durant deux saisons. Elle n'avait, semble-t-il, pas très envie de partager les rênes de l'émission. Je peux le comprendre».

Europe 1 refuse qu'il assure l'édito politique sur BFMTV

Cette émission lui empêche cependant d'assurer une chronique sur BFMTV comme cela avait été annoncé au mois de juin dernier avant d'être démenti. En toute transparence, Jean-Michel Aphatie explique les raisons: «Europe 1 ne l'a pas souhaité. (...) Nous en avons discuté gentiment avec Denis Olivennes, le président d'Europe 1. Il a été clair: ‘Je ne souhaite pas que tu ailles sur BFMTV'», raconte l'homme de 56 ans. Il n'exclut pas pour autant d'assurer, un jour, l'édito politique de la chaîne d'information en continu dont la porte est toujours ouverte pour lui.

Cet entretien est aussi l'occasion pour le chroniqueur de faire le bilan de ses années Canal + et RTL, deux médias qu'il a quittés à fin juin, après plusieurs années de collaboration. Il reconnaît que l'image renvoyée par la chaîne cryptée a pu peser dans la décision des patrons de RTL de se séparer de lui. La nouvelle voix d'Europe 1 en profite pour glisser un message qu'il peut se permettre aujourd'hui de lancer: «Ces dernières années, le côté rance, vieillot et nauséabond de la culture française a refait surface. Et RTL a, en son sein, un représentant majeur de cette culture rance pou qui Canal+-et Le Grand Journal»-n'est rien d'autre que l'expression de la bien-pensance, de l'esprit bobo et d'un certain gauchisme», lâche-t-il, faisant indéniablement référence à Éric Zemmour. Il confirme ce sous-entendu par un sourire. Il ajoute quelques lignes plus loin: «C'est désormais Éric Zemmour qui est à la mode».

Canal+ en prend aussi pour son grade. Au cours de l'interview, Jean-Michel Aphatie commente les derniers changements de son ancien employeur: «C'est un véritable ouragan qui s'est abattu sur Canal+! (...) Vincent Bolloré a coupé des têtes. Des gens que j'aime bien sont partis», lâche-t-il tout en précisant que son éviction du Grand Journal ne relève pas d'une décision de la nouvelle direction de la chaîne cryptée. Pour lui, cette émission est «passée de mode». Et de conclure: «Je regarde cela avec un peu de tristesse».

(source LeFigaro.fr /Sarah Lecoeuvre)

Les commentaires sont fermés.