UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2015

SANTE CARDIAQUE : LES ETAPES CLES DE LA VIE D'UNE FEMME

 

FEM 888161204-auscultation-entretien-avec-un-patient-grafique-respirer.jpg

Grossesse, ménopause et contraception sont des étapes hormonales essentielles qui peuvent rendre les femmes plus vulnérables aux troubles cardiovasculaires.

 

«Les médecins ont pris l'habitude de prescrire un check-up cardio-vasculaire aux hommes, autour de la cinquantaine ou avant lorsque des facteurs de risque sont présents», rappelle le Pr Mounier-Véhier, cardiologue au CHU de Lille et présidente de la Fédération française de cardiologie. «Pour les femmes, ce check-up doit également être pratiqué, en le ciblant, pour une meilleure efficacité, sur les trois événements hormonaux majeurs qui peuvent se produire dans la vie d'une femme.»

La contraception doit ainsi tenir compte du risque cardio-vasculaire individuel de chaque femme: âge, tabac, antécédents familiaux, hypertension, migraines avec aura, diabète, surpoids…, peuvent être des contre-indications à certaines formes de contraception. «Il est impensable de prescrire un œstrogène de synthèse à une jeune fille dont on ne connaît pas les antécédents familiaux, ce qui arrive souvent au planning familial», rappelle le Pr Mounier.

La grossesse provoque également un bouleversement hormonal avec des conséquences pour le système cardio-vasculaire: diabète gestationnel, hypertension artérielle grave, fausse couche augmentent le risque d'incident cardio-vasculaire futur, notamment autour de la ménopause. «On doit proposer à ces femmes un bilan cardio-vasculaire dans les 6 mois qui suivent l'accouchement et un bilan avant la grossesse suivante.»

Tabac à proscrire

Dernière grande étape hormonale: la ménopause. La production d'œstrogènes s'interrompt et avec elle, leur effet protecteur sur les artères qui perdent, plus rapidement que chez les hommes, leur souplesse. Les symptômes sont diffus, moins spécifiques que chez l'homme. «Toute femme qui, autour de la ménopause, est essoufflée, fatiguée à l'effort, doit demander un bilan à son médecin», insiste le Pr Mounier-Véhier. Le risque cardio-vasculaire augmente brutalement avec la perte des œstrogènes et un bilan cardio-vasculaire complet, avec un dépistage de l'apnée du sommeil, est indispensable pour les femmes ayant un risque préexistant ou pour celles qui envisagent un traitement hormonal substitutif. «On en connaît désormais les risques pour chaque femme et ils restent faibles si le traitement est mis en place très vite après la ménopause», souligne le Pr Didier Carrié, chef du service de cardiologie de l'hôpital Rangueil, à Toulouse. Les femmes doivent alors être impliquées dans un parcours généraliste-gynécologue-cardiologue avec un check-up tous les 5 ans environ.

Pour toutes ces femmes, l'hygiène de vie restera le premier outil de prévention des incidents cardio-vasculaires. Le tabac doit être éliminé: il est responsable de 80 % de ces incidents. Une activité physique modérée et régulière est un élément protecteur majeur de la santé cardio-vasculaire. Enfin une alimentation équilibrée réduit les risques d'athérosclérose et de diabète, toujours néfastes pour le cœur.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE:

Le stress plus dur pour le cœur des femmes 

Surveiller et traiter différemment le cœur des femmes 

 

  • (source LeFigaro.fr / Par Pauline Léna)

Les commentaires sont fermés.