UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2016

L'HIVER LES OISEAUX DU JARDIN ONT BESOIN DE NOUS

 

rouge-gorge.jpg

AU JARDIN CE WEEK-END - Chaque week-end, Marc Mennessier, journaliste au Figaro, ingénieur agricole et amoureux des plantes vous livre ses conseils et astuces pour faire de votre jardin un Éden.


Que ce soit à la campagne, en ville ou en zone pavillonnaire, l'hiver est une saison privilégiée pour observer les oiseaux. Le rouge-gorge, quasiment invisible pendant l'été, semble «réapparaître» dès que les arbres ont perdu leurs feuilles. Ce timide passereau qui trahit sa présence à la tombée de la nuit par son chant mélodieux, n'a pas son pareil pour dénicher les lombrics et autres bestioles que le jardinier fait remonter à la surface en bêchant le sol.
Même chose avec le troglodyte mignon, minuscule boule de plume à la voix de stentor ou l'accenteur mouchet que sa discrète livrée gris brun fait ressembler à un petit moineau: il faut avoir l'œil et, parfois, de la chance pour voir ces sympathiques compagnons s'activer dans les haies, les buissons ou les murailles, à la recherche de nourriture.
Troglodyte mignon.

Il y aussi les raretés comme le splendide bouvreuil pivoine ou le farouche gros-bec, que seule la faim oblige à descendre de la cime des arbres où il vit le plus souvent. Enfin, si certains oiseaux migrateurs comme l'hirondelle ou le rouge-queue noir abandonnent nos contrées pour gagner l'Afrique de septembre à mars, d'autres comme les grives mauvis ou litorne, le pinson du nord ou le tarin des aulnes viennent d'Europe centrale et de Sibérie, où ils se reproduisent, pour hiverner chez nous.
«Intermittents»

Ces «intermittents» vont cohabiter l'espace d'une saison avec des espèces sédentaires et donc plus familières pour nous: mésanges (bleues, charbonnières, huppées, à longue queue…), moineau, pinson, merle, étourneau mais aussi de plus gros calibres comme la tourterelle turque, le pigeon ramier, le geai, la pie ou le pic épeiche.
L'hiver 2015-2016 n'ayant vraiment commencé que depuis une semaine, il est temps pour le jardinier d'aider tout ce petit monde à affronter les rigueurs du froid en lui offrant de quoi se sustenter. D'autant que nombre d'entre eux, à commencer par les passereaux insectivores rendent, le restant de l'année, d'immenses services en dévorant quantité de parasites (pucerons, limaces, escargots…).
Une mésange bleue (à gauche) et un pic épeiche sur une mangeoire. Crédit photo: Micolo J./Flickr.
Il suffit pour cela d'installer une ou plusieurs mangeoires à plateau fichées sur un piquet ou des petites mangeoires à trémie remplies de graines variées que vous suspendrez aux branches des arbres, à l'abri des prédateurs, notamment des chats. Les boules de graines enrobées de graisse sont également très prisées. Vous pouvez les confectionner vous-même avec du saindoux ou vous les procurer dans le commerce. N'oubliez pas non plus de mettre de l'eau à disposition dans un récipient assez large et à verser de l'eau chaude à intervalles réguliers pour briser la glace lorsqu'il gèle.
Jeu interactif

Si vous comptez renouveler votre haie ou en planter une nouvelle, choisissez des arbustes prodigues en baies dont les oiseaux raffolent en cette saison: houx, lierre, cornouiller, cotonéaster…
Enfin vous avez la possibilité, cette année, de mettre vos observations à profit en participant au jeu interactif BirdLarb mis au point par le Muséum national d'histoire naturelle, AgroParisTech et la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO). L'application, directement téléchargeable sur votre smartphone, permet d'enregistrer en temps réel, sur des sessions (ou «parties») de 5 minutes, les allées et venues des oiseaux autour de deux mangeoires identiques afin de permettre aux scientifiques de mieux comprendre leur comportement alimentaire (compétition ou coopération entre individus ou espèces, oiseaux isolés ou en groupe…). «Depuis le lancement de l'opération en novembre, pas moins de 3800 sessions ont été réalisés par 550 observateurs», se félicite Grégoire Loïs, responsable de la plate-forme Vigie Nature au Muséum qui espère obtenir 11.000 parties d'ici à la date de clôture, fixée au 31 mars.

Enfin, ne manquez pas non plus la 4e édition du week-end national de comptage des oiseaux des jardins organisé toujours par le Muséum et la LPO les 30 et 31 janvier prochains. Soyez nombreux à participer.

Vos rendez-vous jardin


• 28 janvier: «Rose, reine des jardins», journée de conférence organisée par la SNHF, Bellegarde (Loiret). Également le 4 février à Nancy et le 11 février à Rouen.
• 30-31 janvier: 20e Mimosalia, parc du Cigalou, Bormes-les-Mimosas (Var).
• 30-31 janvier: 72e Saint-Vincent tournante de Bourgogne, grande fête des vignerons, Irancy (Yonne).
• 30-31 janvier: 4e édition du week-end national de comptage des oiseaux des jardins organisé par le Muséum national d'histoire naturelle et la LPO.
• Du 1er février au 7 mars: Exposition des lauréats du prix Josette Moreau Després, organisée par la section Beaux-arts de la Société nationale d'horticulture de France, Paris.
• Du 2 au 5 février: Festival de la gastronomie et du patrimoine, Combloux (Haute-Savoie).
• 6 février: Stage de taille de rosiers à la mairie de Chédigny (Indre-et-Loire).
• Jusqu'au 7 février: exposition Georgia O'Keeffe, peintre passionnée de fleurs, musée de Grenoble (Isère).
• Jusqu'au 26 février: visite thématique «L'odyssée des mimosas», Domaine du Rayol (Var).
• Jusqu'au 28 février: expositions «Paysages intérieurs» et «Jardins d'hiver», Domaine de Chaumont -sur-Loire (Loir-et-Cher).
• Jusqu'au 27 mars: exposition «Paysages urbains», domaine de Chamarande (Essonne).


(source LeFigaro.fr /Marc Mennessier)

Les commentaires sont fermés.