UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2016

L'OMS VEUT INTERDIRE AUX MINEURS LES FILMS OU L'ON FUME

 

 

CHANEL 19063894.jpg

 

Avec cette préconisation dévoilée dans un rapport rendu public le 1er février, l'organisation mondiale souhaite dissuader les réalisateurs de faire usage de la cigarette dans leurs longs-métrages.

 


Après le sexe et la violence, la cigarette pourrait-elle être un troisième motif permettant la censure d'un film? Ce ne serait en tout cas pas pour déplaire à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui fait cette préconisation dans un rapport dévoilé le 1er février.

L'organisme estime que l'interdiction aux mineurs des longs-métrages contenant des scènes de tabagisme inciterait les réalisateurs à définitivement abandonner la cigarette sur grand écran. Pour l'OMS, la nicotine au cinéma est avant tout le fait de lobbys d'industriels.

Toujours selon ce rapport, 36% des films tout public sortis en 2014 faisaient apparaître des scènes de fumeurs. Un chiffre néanmoins en baisse par rapport aux années précédentes. Sans parler du cinéma du XXe siècle qui n'a eu de cesse de mettre la cigarette à l'honneur. Humphrey Bogart fumait ostensiblement dans Le Faucon Maltais ou Casablanca. On n'image même pas Yves Montand sans sa cigarette au coin des lèvres dans Vincent, François, Paul et les autres de Claude Sautet, sans oublier Ghostbusters, Pulp Fiction, etc.
L'appel de la députée Michèle Delaunay

Comme le rappelle Konbini, la question a déjà été évoquée en France par Michèle Delaunay à l'Assemblée nationale en avril 2015. La députée et cancérologue avait alors interpellé la ministre de la Santé Marisol Touraine. «Il est indispensable que la loi Evin soit appliquée pour les films français qui contiennent aujourd'hui, pour 80%, des scènes de tabagisme», écrivait-elle sur Twitter, souhaitant «rappeler à l'industrie cinématographique l'interdiction de propagande ou publicité, directe ou indirecte».


La rédaction vous conseille :
Avant Salafistes, petite histoire de la censure en France
Le Qatar interdit le film The Danish Girl, jugé «dépravé»


(source LeFigaro.fr / Hugo-Pierre Gausserand)

Les commentaires sont fermés.