UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2016

LES JEUNES NE MANGENT PLUS DE CEREALES AU PETIT-DEJEUNER PAR PARESSE

 

Starchy-foods..jpg

Une enquête réalisée par l’entreprise d’étude de marché Mintel révèle que les jeunes ont délaissé les céréales au petit-déjeuner car la vaisselle que le repas nécessite demande trop d’efforts.


Les céréales auraient perdu de leur aura auprès de la génération Y. C’est ce que révèle l’étude menée par Mintel, une entreprise d’étude de marché, repérée par le New York Times. Pourtant reines du petit-déjeuner pendant de longues années, depuis la fin des années 1990, les céréales ont vu leur consommation chuter. En effet, les ventes sont passées de 13,9 milliards de dollars en 2000 à environ 10 milliards aujourd’hui. Quelles sont les raisons de ce désamour?

Nouvelles habitudes alimentaires: graines, smoothies ou yaourt ou sandwichs
Ce qui est sûr, c’est que les nouveaux consommateurs sont bien moins attachés aux céréales pour le petit-déjeuner que leurs aînés, qui entretiennent un lien quasi affectif - et parfois même régressif - avec leurs céréales préférées. Car selon une étude de Mintel datant de 2015, près de la moitié des baby-boomers américains affirment que les céréales de leur enfance demeurent leurs préférées. Mais les habitudes pourtant bien installées du petit-déjeuner ne semblent plus avoir cours au sein de la génération Y, qui a tout bonnement déserté le repas du matin ou a adopté de nouvelles habitudes alimentaires: graines, smoothies, yaourt ou sandwichs.

Près de 40% des jeunes interrogés considèrent que manger des céréales est trop fatigant

Mais les géants céréaliers ne s’avouent pas vaincus pour autant. John A. Bryant, le directeur de Kellogg's, a affirmé le mois dernier que les ventes de céréales sur le marché américain allaient augmenter d’un à deux points cette année. Car Kellogg's va désormais tabler sur un nouveau mode de consommation des céréales, adapté à la demande des consommateurs. Dans une époque où les repas doivent non seulement nourrir mais aussi détoxifier, embellir le teint et stimuler le système immunitaire, il fallait se mettre à la page. Désormais, Kellogg's proposera donc un mélange plus complet de céréales aux vertus thérapeutiques et à l’emballage eco-friendly.


Avec pour objectif - partagé avec chacun des acteurs du marché - de séduire la génération Y, qui, partisane du moindre effort, reproche aux céréales d’exiger trop de travail pour le seul petit-déjeuner. En effet, 40% des jeunes interrogés par Mintel considèrent que manger des céréales au petit-déjeuner est trop fatigant. Entendons-nous bien: il faut une cuillère, un bol de lait, y verser les céréales puis - c’est un comble, laver ledit bol et ladite cuillère. Trop, c’est trop, a-t-elle protesté.

Un aliment vintage?
Et pourtant, les céréales pourraient encore nous surprendre et s’offrir une nouvelle vie. Christina Tosi, une pâtissière new-yorkaise de 34 ans et grande amatrice des Lucky charms et des pétales d’avoine, en a même fait un argument tendance. Dans ses bars à lait, les céréales déposées sur une glace au lait font un malheur. Mais comme beaucoup de jeunes de la génération Y, Christina Tosi considère les céréales davantage comme une manière d’exprimer sa créativité ou comme un aliment vintage permettant de revisiter les saveurs de son enfance plutôt qu’un pilier du petit-déjeuner.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE

Pour 77% des jeunes, le numérique est trop présent dans leur génération
Les générations Y et Z «pourraient bien être les générations les plus éduquées de l’histoire»

 

Les commentaires sont fermés.