UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/05/2016

LE GOUVERNEMENT S'INQUIETE FACE A LA RADICALISATION DE LA CGT

 

CGT-logo-apaisado_0.jpg

Sur fond de grogne contre la loi El Khomri, le gouvernement est confronté à un mouvement social qui se durcit et mise sur les syndicats réformistes contre les organisations contestataires.

 

Pour un gouvernement, ce n'est jamais bon signe de voir la CGT et FO défiler main dans la main, qui plus est un 1er Mai. Car, pour les frères ennemis du syndicalisme, c'est une tradition que de manifester chacun de son côté pour la Fête du travail. 2016 fera figure d'exception: Philippe Martinez et Jean-Claude Mailly ont décidé de s'afficher ensemble dimanche, en tête du cortège parisien.

Le projet de loi travail a en fait polarisé comme jamais le syndicalisme français. D'un côté, les réformateurs - la CFDT, la CFTC, la CFE-CGC et la Fage, pour les étudiants - ont fait du lobbying pour obtenir des aménagements au texte. Avec succès. De l'autre, les contestataires - la CGT, FO, Solidaires, FSU, Unef et Fidl pour les jeunes - réclament depuis des semaines le retrait pur et simple du projet de loi. Sans faire reculer l'exécutif, qui tient à son image de réformateur et qui se suffit de ses liens étroits avec la CFDT. Autre raison essentielle: les contestataires n'ont pas réussi à bâtir un «rapport de force» en leur faveur, qui leur aurait permis d'impressionner le gouvernement. Depuis le pic du 31 mars, le nombre de manifestants diminue à chaque journée d'action: ils n'étaient que 170.000 jeudi dans toute la France.

Peinant à mobiliser en masse, les syndicats contestataires ont tendance à se replier sur leur base et à se radicaliser. Le mouvement est très net pour la CGT. En 2017, lors du prochain pointage des élections dans les entreprises, la centrale de Philippe Martinez risque fort de se faire détrôner par la CFDT de sa place de premier syndicat dans le privé. Face à cette menace, la CGT a choisi de réagir, adoptant une ligne à gauche toute.

 

Stratégie de fuite en avant

Lors de son discours d'ouverture du congrès à Marseille la semaine passée, Philippe Martinez a comparé la politique de défense de François Hollande à celle de «Bush père et fils, de Poutine et de Nétanyahou» et estimé que la CGT devait s'éloigner encore plus de la CFDT, tandis que les militants huaient le représentant du PS. Et il n'a pas condamné l'affiche très polémique du syndicat Info'com (salariés de l'information et de la communication de la CGT) contre les «violences policières».

Ce qui avait pu apparaître comme une tactique de Philippe Martinez afin d'asseoir sa légitimité pour être réélu au congrès ressemble de plus en plus à une stratégie de fuite en avant. «L'opposition gauchisante, qui représentait 7 % à 10 % des troupes de la CGT il y a quelques années, a triplé de taille. Et la centrale peine de plus en plus à contrôler ses profils plus frondeurs», explique une source gouvernementale.

Parallèlement à cette mobilisation syndicale, les manifestations d'étudiants se tendent aussi et dégénèrent systématiquement en affrontement avec les forces de l'ordre. Pris en tenaille entre la radicalisation des syndicats, de salariés et d'étudiants, d'un côté, et les appels à la fermeté émis par l'opposition de l'autre, le gouvernement espère que la grogne s'éteindra d'elle-même, qu'il n'y aura pas au bout du compte de «convergence des luttes», comme on dit place de la République. «Je ne suis pas dans la météorologie sociale, mais, là, je ne crois pas, confiait Manuel Valls en marge de son déplacement en Nouvelle-Calédonie. Quand ça se radicalise et quand ça se rétrécit, les problématiques de violence sont réelles. On verra. Mardi, il y a la loi sur le travail à l'Assemblée nationale. On verra comment les choses se passent.»

La rédaction vous conseille :

(source LeFigaro.fr / Cécile Crouzet)

 

 

Les commentaires sont fermés.