UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2016

RESIDENCES SENIORS ET DOMOTIQUE FONT BON MENAGE

BUDDY-06.jpg

 

Robots, montres connectées, éclairage automatique… les résidences séniors investissent de plus en plus dans les nouvelles technologies pour séduire leurs nouveaux occupants.

 

L’image du retraité technophobe est en passe de disparaître. Les spécialistes de la résidence sénior – à ne pas confondre avec les maisons de retraite – préparent déjà  le terrain pour leurs futurs occupants. Des geekiors (contraction de geek et de seniors), smartphone en poche, et coutumiers du monde numérique. "Aujourd’hui, nos résidents âgés de 80 ans ont encore un peu de mal avec le high-tech, mais beaucoup moins qu’avant", confie Guillaume Lelong, directeur marketing pour le groupe Domitys, experts en résidences séniors. "Ceux qui arriveront dans 4 ou 5 ans seront biens moins novices en la matière. Il faut adapter nos bâtiments en douceur."

Le groupe Sénioriales fait partie de ces compagnies en pointe. Appartements domotisés, robots de compagnie… La société explore tous les horizons : "Cela peut passer par un chemin lumineux programmé à l’avance aux plateformes en ligne qui donnent accès à des services de e-santé", indique Hubert Tissot, directeur innovation et habitat pour l’entreprise.

Pour ce faire, la société noue des partenariats avec différents entrepreneurs spécialisés dans les nouvelles technologies, comme Somfy pour la domotique ou encore Blue Forg, la start up à l’origine de Buddy, un robot intelligent, présent pour accompagner le senior en toutes situations : "L’idée est de simplifier au maximum l’usage de ces outils pour le résident. Ils n’ont qu’à s’adresser à leur robot en disant des phrases comme : "Buddy, envoie un mail à ma fille. Buddy, allume la télévision. Buddy prends moi rendez-vous chez le médecin" pour que la machine s’exécute."

 

DU HIGH-TECH… MAIS PAS QUE

 

Mais le trop plein d’innovations est-il nécessairement une bonne chose ? "Il ne faut oublier que la mission première de ces résidences, c’est de préserver l’autonomie des habitants", rappelle David Bouniol, directeur de Repotel, spécialisé dans les maisons de retraite médicalisées. "C’est très important pour une personne âgée d’être obligée de se lever pour allumer la télé ou baisser les rideaux. L’excès de technologies peut, à un moment, être un frein à l’autonomie des individus."

Un avis en partie partagé par Guillaume Lelong : "La technologie ne doit pas venir remplacer l’humain. Lorsque nous offrons à tous nos résidents des montres connectées, ce n’est pas juste pour le côté gadget. C’est surtout pour qu’ils puissent rapidement prévenir quelqu’un s’ils rencontrent un problème important." Dans la même catégorie, certaines résidences mettent en place des sols bourrés de capteurs, afin de détecter les chutes éventuelles des habitants.

 

DES SERVICES INNOVANTS QUI ONT UN COÛT

 

La totalité des résidences Domitys sont équipées en domotique. Tablettes et autres applications fonctionnant depuis un smartphone sont mises à la disposition des occupants. Un choix amorcé il y a plusieurs années, permettant à la société de ne pas faire grimper le prix des locations, malgré une légère hausse des coûts de construction. "Ce sont les sociétés qui n’ont pas investi au départ qui font monter les prix", affirme Guillaume Lelong.

Du côté des Sénioriales, on confirme que les innovations mises en place dans les nouvelles résidences boostent également les coûts de construction de 5 % à 10 %, "mais l’impact est modéré sur les logements, avec des formules qui varient selon le degré d’équipement de l’appartement." Des outils amenés à être de plus en plus présents : "Les futurs papys boomers et les jeunes générations que nous allons accueillir sont des férus des technologies. Il ne faut pas les couper de leurs habitudes et préparer les résidences de demain."

(source LeFigaro.fr / Ludovic Clerima)

Les commentaires sont fermés.