UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2016

C'EST UN FAIT POLITIQUE , AVEC FRANÇOIS HOLLANDE , C'EST LA POLITIQUE DU " COUAC"

 

A.N. hemicycle-plein-vue-panoramique.jpg

 

 

Depuis l'élection du président de la République en 2012, les divergences entre ministres, les gaffes à répétition et les ratés en tout genre ont rythmé le quinquennat.

 

Un couac, ça peut passer pour une erreur. Deux couacs, ça commence à devenir louche. Au-delà de trois, c'est une méthode. Celle que François Hollande applique depuis le jour de son élection, pour un mandat en forme de «couaquennat». Laisser parler, observer, trancher. Même Manuel Valls n'y a pas échappé. Après le mandat de Jean-Marc Ayrault à Matignon, marqué par une série ininterrompue en la matière, cela devait pourtant s'arrêter. Autorité, fermeté, loyauté, telle était la marque de fabrique du nouveau premier ministre. Pourtant, ça a continué. Comme avant. Et encore jeudi.

«On peut encore toucher à la loi El Khomri», assure Michel Sapin. «Plus question d'y toucher», répond en substance Manuel Valls, lequel finit par recevoir le soutien du président de la République. Lorsqu'il dirigeait le PS, François Hollande fonctionnait comme cela. «Il faut laisser dégorger les escargots», disait-il. Observer les prises de positions des uns et des autres pour se placer au centre des intérêts divergents. Plus petit dénominateur commun de tous donc adoubé par chacun.

Ça a marché onze ans. Mais c'était le PS. A la tête de l'Etat, c'est plus compliqué. Face à la rue, c'est intenable. Entre Manuel Valls et la CGT, pas de compromis possible, les deux l'ont dit, l'un des deux perdra. Si c'est Manuel Valls, ce sera le couac final.

 

Dès l'automne 2012, le mot «couac» était sur toutes les lèvres pour évoquer les errements du gouvernement Ayrault 

(Source LeFigaro.fr /François-Xavier Bourmaud )

Grand reporter au service politique du Figaro

Ses derniers articles

Les commentaires sont fermés.