UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2016

PLUIE, CIEL GRIS : COMMENT GARDER QUAND MÊME LE MORAL ?

 

trans_partly.gif

L'influence du temps sur nos humeurs n'a plus besoin d'être prouvée. Alors que l'été semble ne jamais vouloir arriver, peut-on échapper au blues météorologique ?

 

Pour la plupart des Français (notamment ceux de la partie nord du pays), l'heure est au plafond bas: depuis des semaines, le ciel voilé par des nuages opaques et les pluies torrentielles se succèdent. Agacement, frustration et colère s'expriment dans les conversations. Peut-être aussi une peur insidieuse, à l'heure où le «changement climatique» de la planète est une donnée évoquée quotidiennement dans les médias. Peut-on échapper à ce blues généralisé?

D'un point de vue objectif, l'influence tangible de la météo sur nos humeurs a maintes et maintes fois été prouvée. Ainsi, on a défini le terme de «dépression saisonnière» pour parler des pics de déprime observables notamment dans les pays du Nord au moment des longs hivers. «La diminution du temps d'exposition à la lumière a de réelles répercussions sur notre humeur, explique le Pr Michel Lejoyeux, professeur de psychiatrie et d'addictologie. Nous avons réellement besoin d'une dose minimale de lumière pour aller bien au niveau de l'humeur».

Autre impact d'un temps sans soleil: nos rythmes biologiques veille/sommeil ont tendance à se désynchroniser. Le matin, des difficultés à se réveiller sont fréquentes car la production de cortisol n'est pas stimulée. Et des envies de dormir, l'impression d'être fatigué sont aussi induites par l'ombre généralisée. «On peut alors parler d'un véritable jet-lag psychologique se superposant à la désynchronisation biologique», ajoute le Pr Michel Lejoyeux.

Besoin d'alternance météorologique

Par ailleurs, de nombreuses études démontrent que nos comportements ont tendance à se modifier sous l'influence du climat: le Pr David Strohmetz, de l'université de Monmouth, a ainsi observé que les clients d'hôtels donnent des pourboires plus importants aux grooms qui leur annoncent le beau temps dehors. Cette générosité s'expliquerait selon lui par le désir des clients de garder, en «l'achetant», leur bonne humeur générée par le soleil. Cependant, le beau temps n'est pas toujours facteur de bonnes actions: les suicides, par exemple, sont en nombre croissant les mois d'été. Voir les autres s'épanouir peut en effet renforcer les sentiments négatifs des personnes dépressives qui, stimulées par l'énergie du soleil, décident d'en finir et de passer à l'acte.

En définitive, selon le Pr Michel Lejoyeux, nous avons surtout besoin, pour notre équilibre psychique, d'alternance météorologique. «Ce qui pèse sur le moral, ce sont ces pensées catastrophistes qui nous laissent croire que nous allons avoir une longue période de temps identique, explique-t-il. Ce qu'on peut appeler une «vision tunnelique» du climat, et celle-ci est toute aussi pénible à envisager qu'il fasse très chaud ou qu'il pleuve». Pour pallier à ce blues, et ne pas se laisser contaminer par la routine météorologique, une méthode selon lui: oser des activités nouvelles, pour éprouver des sensations renouvelées, et infuser cette variabilité dont nos humeurs ont tellement besoin.. quel que soit le temps dehors.

LA RÉDACTION VOUS CONSEILLE:

«La dépression saisonnière touche une personne sur 10» 

La luminothérapie contre la dépression saisonnière 

 

(source leFigaro.fr /Par Pascale Senk)

Les commentaires sont fermés.