UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/08/2016

LES DRADENNE: "ON VA ABORDER LE TERRORISME ISLAMIQUE"

 

Frères_Dardenne_Cannes.jpg

Lors de leur passage au festival péruvien de Lima, les deux réalisateurs belges ont annoncé qu'ils préparaient un nouveau film basé sur la montée du terrorisme en Europe. Le tournage de ce long-métrage devrait débuter à l'automne 2017.

Les frères Dardenne, pointures du cinéma belge, vont s'attaquer au terrorisme islamiste dans leur prochain film dont le tournage débutera fin 2017, a annoncé Luc Dardenne lors de son passage au festival du film de Lima, au Pérou.

«Ça fait plusieurs années qu'on y pense», a expliqué Luc Dardenne à l'AFP.«Je pense qu'on va aborder un personnage fanatique, un personnage qui a un rapport avec le terrorisme islamiste. D'un point de vue global, je pense que l'islam réagit à la globalisation du monde».

La jeunesse belge, formée au salafisme

Le thème du terrorisme, abordé pour la première fois par les frères Dardenne peut certes, en étonner plus d'un, il faudra cependant s'attendre à ce que l'angle abordé dans le film soit plus un drame social qu'un sujet politique: «Par rapport à tous les musulmans d'Occident, d'Europe, des États-Unis, il y a eu, je pense, une réaction de la part de l'islam du Moyen-Orient, et particulièrement en Arabie Saoudite, qui ont senti que quelque chose de très important se passait. Que pour eux, c'est la fin. C'est ça qu'ils sentent, je crois», a jugé Jean-Pierre Dardenne, auquel le festival péruvien rendait hommage.

Luc Dardenne est également revenu sur la situation dans son pays, la Belgique, frappée le 22 mars dernier par le terrorisme: «Depuis 20 ans en Belgique, nous avons des écoles où on étudie l'arabe à travers le Coran, on a des mosquées salafistes. Je pense que c'est eux qui ont formé la jeunesse en leur disant: il y a nous, les musulmans, les vrais et il y a eux, les Occidentaux, ou les mauvais musulmans qui ne sont pas vraiment comme il faudrait être», a déclaré le réalisateur.

«Les gens sont capables de faire la différence»

Les deux cinéastes, touchés par l'attaque terroriste qui a bouleversé la population belge, pointent du doigt le laisser-aller général dont a fait preuve la Belgique ces dernières années. Pour eux, ce qu'il se passe actuellement n'est qu'une conséquence de mauvaises décisions passées. Une meilleure surveillance aurait permis d'empêcher une éducation basée sur l'islamisme radical: «Cette éducation s'est soldée par les conséquences que nous subissons aujourd'hui» estime Luc Dardenne.

Face à ce sujet très sensible actuellement, Luc Dardenne reste tout de même positif et très objectif: «Je suis heureux qu'en Belgique ou en France, malgré les attentats, la population reste pacifiste et ne stigmatise pas les musulmans. Les gens sont capables de faire la différence», a-t-il conclu à l'AFP.

La dernière étape pour les deux frères sera de faire accepter leur film dans l'hexagone. En effet, plusieurs films récents traitant le terrorisme ont été déprogrammés suite aux multiples attaques survenues en Europe depuis le 13 novembre 2015. Le film Made in France, réalisé par Nicolas Boukhrief et qui devait sortir le 5 avril 2016 n'a pas été présenté dans les salles mais est aujourd'hui disponible en DVD. Il en va de même pour le fameux Bastille Day, réalisé par James Watkins et qui a subitement été déprogrammé alors que sa sortie était prévue pour le 13 juillet 2016.

La rédaction vous conseille

 

 

 

(source Lefigaro.fr /AFP agence)

Les commentaires sont fermés.