UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2015

CINEMA : CANNES 2015 , UN FESTIVAL DE RUMEURS

 

Thierry_Frémaux_(Festival_de_Cannes_2009).jpg

Dernière ligne droite pour Thierry Frémaux, délégué général de la manifestation, pour composer sa sélection. Si des noms se détachent du côté des réalisateurs français et italiens, le doute plane encore sur leurs confrères anglo-saxons.

 

Le 16 avril, l'on connaîtra les contours de la sélection officielle de la 68e édition du Festival de Cannes (du 13 au 24 mai). Et comme chaque année, les pronostics fleurissent. Souvent d'ailleurs se contredisent-ils. Thierry Frémaux, le délégué général, s'y entend, c'est vrai, à merveille pour brouiller les pistes. Un roi du bluff qui, reçu la semaine dernière devant la commission culture de l'Assemblée nationale, a déclaré qu'il avait déjà un tiers de sa sélection.

Si l'on tient pour acquis que l'Italien Nanni Moretti, président du jury en 2012, sera de retour sur la Croisette avec son nouveau film Mia Madre, il y a fort à parier que Paolo Sorrentino (La Grande Bellezza) accompagnera son compatriote avec La Giovinezza.

Pour le film d'ouverture, le flou reste entier. On pensait que Mad Max: Fury Road de George Miller avec Tom Hardy et Charlize Theron mettrait tout le monde d'accord. Il ne sera en fait projeté que le lendemain. Restent plusieurs hypothèses. Celle d'un nouveau film d'animation tel Vice Versa, des réalisateurs de La-haut, semble s'éloigner à grands pas. On ne peut pas créer deux fois la surprise avec un dessin animé, aussi bon soit-il. Faut-il envisager un film d'ouverture tricolore? Souvent cité, Belles familles de Jean-Paul Rappeneau ne semble plus tenir la corde. Et ce, malgré un très beau casting: Karin Viard, Mathieu Amalric et André Dussollier.

Maïwenn et Audiard?

Côté sélection, on connaît quelques réalisateurs français prêts à en découdre. Trois ans après le choc Polisse, Maïwenn pourrait revenir en compétition avec Mon roi, une histoire d'amour passionnelle entre Emmanuelle Bercot et Vincent Cassel. Mais, selon nos sources, le film doit être encore «élagué». Jacques Audiard aura-t-il terminé le montage de Erran, un drame inspiré des Lettres persanes, qui met en scène un combattant tamoul réfugié en France, en banlieue parisienne. Comme à son habitude, Audiard attendra certainement la dernière minute pour présenter son film à Frémaux. Celui d'Arnaud Desplechin, Trois souvenirs de ma jeunesse, a été vu. S'il était retenu, ce serait la cinquième sélection du réalisateur avec un film qui remonte cette fois aux origines de Comment je me suis disputé(ma vie sexuelle). Mathieu Amalric, alias Paul Dédalus, s'y souvient de ses 20 ans à Roubaix.

Après Xavier Dolan en 2014, un autre Québécois pourrait bien s'illustrer. Sicario, le nouveau film policier de Denis Villeneuve (Prisoners) a de fortes chances d'intégrer la compétition. L'intrigue de ce polar avec Emily Blunt, Benicio del Toro et Josh Brolin, raconte comment une fliquette infiltre un cartel mexicain. Quid des cinéastes anglo-saxons? Peu d'informations circulent à leur propos. Faut-il compter sur un nouveau Woody Allen? Les inconditionnels de Terrence Malick devront en tout cas patienter: son Voyage dans le temps n'est pas tourné. D'une manière générale, Thierry Frémaux déplore cette année une baisse du niveau de la production mondiale. Et s'apprêterait à lancer de jeunes réalisateurs dans le grand bain de la compétition.

Cannes rendra comme chaque année hommage aux maîtres du cinéma. Le festival va sans doute projeter le film posthume inédit de Manoel de Oliveira, qui vient de nous quitter à l'âge de 106 ans. Ingrid Bergman, dont on célèbre cette année le centenaire, sera également fêtée sur la Croisette en présence de sa fille Isabella Rossellini. Et le festival diffusera The Man&Le Mans de John McKenna et Gabriel Clarke, un documentaire inédit sur Steve McQueen et les coulisses tragiques de ce film culte réalisé en 1971 par Lee H.Katzin, au cours duquel l'acteur mythique de Bullitt faillit perdre la vie. Enfin, si Gilles Jacob a cédé la présidence de Cannes à Pierre Lescure, il n'a visiblement pas dit son dernier mot. Les Éditions Grasset publient son roman le 29 avril. Son titre? Le Festival n'aura pas lieu

  • La rédaction vous conseille :

 (Source LeFigaro.fr / Olivier Delcroix)

 

08:00 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)