UA-65297019-1 UA-65297019-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2012

ESTHETIQUE: LES INJECTIONS INQUIETENT LES ANGLAIS , POURQUOI PAS NOUS ?

 

 

Botox-injection.jpg

 

Les contrôles sanitaires prévus pour ces produits par la réglementation européenne sont moins exigeants que ceux appliqués aux médicaments.

 

Les injections à des fins cosmétiques fourniront-elles le scénario du prochain désastre sanitaire? C'est en tout cas l'avis du quotidien britannique,The Timesde mardi. Les Anglais découvrent avec angoisse que plus de 160 produits de comblement des rides du visage (type collagène, acide hyaluronique… à l'exception des médicaments type Botox) sont approuvés à la vente sur leur territoire avec des exigences médicales moins fortes que celles des médicaments.

Considérés comme des dispositifs médicaux, ces produits sont en effet soumis à une réglementation qui fait la part belle au marquage CE. Or ce dernier porte plus sur des normes de fabrication que sur une balance bénéfice-risque sanitaire évaluée de façon approfondie. D'ailleurs, aux États-Unis, où l'autorité de régulation (FDA) considère qu'un produit de comblement doit répondre aux mêmes exigences qu'un médicament, six spécialités seulement sont autorisées!

Un marché de 600.000 seringues par an

En France, la situation est quasi similaire à celle des Anglais puisque ces produits injectables utilisés en esthétisme ont aussi le statut de dispositif médical et non de médicament. On en compte environ 110 sur le marché hexagonal.

Un marché en constant développement et qui atteint déjà des proportions considérables. Lors d'un point presse, il y a quelques mois, Jean-Claude Ghislain, directeur de l'évaluation des dispositifs médicaux à l'Afssaps (Agence du médicament) estimait le volume des ventes à 600.000 seringues par an.

Mais l'Afssaps, particulièrement en alerte sur ce sujet, n'a jamais caché ses réticences, invitant praticiens et patients à la plus grande prudence. Elle a même conduit, en 2009 et 2010, une campagne d'inspections, sur les sites des fabricants, distributeurs et sous-traitants.

Car le dossier (tests en laboratoire et chez l'animal) que les fabricants doivent produire pour obtenir le sésame du marquage CE répond à des exigences européennes (une directive de 1993 modifiée en 2007) qui ne suffisent pas à rassurer l'agence française. Il y a quelques mois, l'Afssaps estimait ainsi que «les données cliniques relatives aux produits injectables de comblement des rides réalisées chez l'homme ne sont pas suffisantes pour garantir la sécurité d'utilisation du produit».

Des essais de courtes durée

Le problème avec les dispositifs médicaux vient du fait que les études sont généralement réalisées sur des petits effectifs: 150 personnes en général, là où un médicament doit en rassembler plusieurs milliers pour pouvoir bénéficier d'une autorisation de mise sur le marché (AMM). Par ailleurs, les essais durent à peine quelques mois alors que certains effets indésirables peuvent apparaître après plusieurs années.

Avec les produits non résorbables ou lentement résorbables, on a ainsi pu observer l'apparition de granulomes (induration définitive) jusqu'à dix ou quinze ans après l'injection. D'ailleurs, le Pr Patrice Morel, chef du service de dermatologie de l'hôpital Saint-Louis invitait l'année dernière dans Le Figaro (nos éditions du 17 mai 2010) à la plus extrême prudence.

Finalement, les problèmes sont assez rares en France lorsque le geste est effectué par des mains expertes avec des produits résorbables. En outre, une nouvelle circulaire de la Direction générale de la santé précisant qui peut réaliser ce type d'injection devrait bientôt achever de rassurer les consommateurs. Une première version mal conçue avait été retoquée par le Conseil d'État l'an dernier.

Du côté de l'Afssaps, on ne recense que quelques cas d'interdiction de produits au cours des deux dernières années et l'agence assure mener une investigation dès lors qu'un problème lui est signalé «quelle que soit la source». Reste le problème des falsifications frauduleuses avérées ou suspectées. L'année dernière, l'Afssaps a repéré des faux produits de comblement de ride vendus sur Internet avec un faux marquage CE.

EN SAVOIR PLUS:

» Quesl traitements contre les rides?

» Les injections d'acide hyaluronique et de collagène

LIRE AUSSI: 

» Bénéfices et risques de la médecine esthétique 

» Les techniques pour rajeunir le regard 

(Source LeFigaro.fr / Damien Mascret )

Ce Week End ,sur nos marchés

IMG_5960.JPGVenez rencontrer vos élus et vos conseillers de quartier chaque premier samedi du mois au marché Billancourt et chaque premier dimanche à Escudier. En janvier, les élus seront présents le 7 et le 8 pour écouter et dialoguer avec les habitants à propos de leurs préoccupations quotidiennes et de leurs attentes...

Samedi 7 janvier de 9h30 à 13h : Marché Billancourt, Angle rue des Quatre Cheminées / rue du Vieux Pont de Sèvres
Dimanche 8 janvier de 9h30 à 13h : Marché Escudier, 9 boulevard Jean Jaurès

08:00 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

05/12/2011

SANTÈ : PREMIERE ETAPE VERS LA FIN DES ORDONNANCES DE PAPIER

 

 

ordonnanceimages (1).jpegLes pharmacies les scanneront, au lieu de les envoyer à la Sécu pour contrôle. À terme, les médecins pourraient les adresser électroniquement aux officines.

 

Entrer dans une officine et, plutôt que de présenter une ordonnance de papier pour obtenir son traitement, communiquer un numéro qui permettra au pharmacien de faire apparaître sur son écran d'ordinateur la liste des médicaments prescrits par le médecin. C'est le rêve de l'Assurance-maladie, qui espère commencer à le transformer en réalité d'ici quelques années.

Tous les médecins ne sont pas suffisamment informatisés pour y parvenir actuellement. Mais une étape intermédiaire vient d'être lancée, qui va mettre fin à un rituel archaïque, chronophage, peu écologique et coûteux, pour les pharmaciens comme pour la Sécu.

Chaque semaine, l'Assurance-maladie collecte dans toutes les officines les duplicatas des ordonnances. Ces doubles lui permettent de vérifier qu'elle a réglé aux pharmacies (via le tiers payant) des médicaments qui avaient bel et bien été prescrits. Ce sont ainsi 550 millions de feuilles qui circulent chaque année - 6 tonnes de papier par semaine, pour la seule Caisse primaire de Paris !

La collecte coûte 4 millions d'eu­ros par an à l'Assurance-maladie. Il faut ensuite stocker ces documents 33 mois, pour des raisons légales: soit une estimation de 424 km linéaires d'archives supplémentaires par an (la distance Paris-Clermont-Ferrand !)… Vu de l'officine, il faut trier préalablement ces liasses d'ordonnances selon la caisse dont relève chaque patient. Soit, en moyenne, deux heures de travail par jour et par pharmacie, estime l'Assurance-maladie.

Subvention annuelle 

L'institution vient de signer avec les syndicats de pharmaciens un projet de généralisation d'un nouveau système, testé avec succès dans 900 officines sur les 22.200 que compte le pays. Les pharmaciens scannent les ordonnances et n'ont plus qu'à livrer à l'Assurance-maladie un cédérom tous les quinze jours. L'objectif est d'avoir converti trois pharmacies sur quatre d'ici un an, et le reste dès 2013. Parallèlement, la prochaine étape commence à être expérimentée dans cinq officines: le cédérom est remplacé par la télétransmission des ordonnances scannées vers un serveur sécurisé de la Sécurité sociale.

Les pharmaciens recevront une aide annuelle de 419 euros pour acheter et maintenir les scanners. Mais «c'est un programme très rentable pour l'Assurance-maladie», assure son directeur: outre les frais de collecte des ordonnances et la surface immobilière nécessaire à leur stockage, les logiciels rapprocheront en quelques secondes une ordonnance du paiement correspondant, là où il faut en moyenne fouiller pendant 25 minutes une pile d'ordonnances de papier pour arriver au même résultat. Résultat: un plus grand nombre de contrôles possible, avec moins de personnel. L'Assurance-maladie compte économiser 400 postes sur les 4000 dédiés au contrôle des paiements.

LIRE AUSSI :

» Assurance-maladie : la fraude des professionnels pèse lourd

 

 

(source leFigaro.fr / Olivier Auguste)

06:54 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)

19/10/2011

CHINE : LIU XIA A L'HONNEUR A BOULOGNE - BILLANCOURT, EN PARLER ET Y VENIR POUR TEMOIGNER

 

CINA_(f)_0221_-_Liu_Xia.jpg

La civilisation chinoise renaît au monde grâce à des artistes audacieux comme GaoXin-gjiang,AiWeiwei,LiuXia.

Loin de comprendre combien cescréateurs sont l'honneur de la Chine,le gouvernement de Pékin les écrase et le gouvernement français les ignore.

Gao,PrixNobel de littérature,vit àParis,en exil,interdit de séjourdans son propre pays qu'il a si richement évoqué dans La Montagne de l'âme. Ai Weiwei,enlevé par la sécurité chinoise, incarcéré deux mois au secret, vit maintenant en liberté surveillée à Pékin,interdit de parole. Liu Xia,peintre et photographe - figure embléma tique de la scèneartistique - chinoise a « disparu », depuis janvier 2011: on suppose qu'elle est incarcérée à son domicile, coupée du monde.

Un écrivain, un sculpteur, une photographe menaceraient-ils la« sécurité » de la GrandeChine?           Telle est l'accusation, évidemment démesurée, du Parti communiste chinois.Ces artistes ont en commun, il est vrai, de s'exprimer dans les marges,de puiser leur inspiration dans le peuple,son histoire,ses souffran ces : ils ne sont ni réalistes ni socialistes puisqu'ils ne sont en somme que des artistes.

Le gouvernement chinois, à cet égard, ne nous surprend guère : tout art est subversion dans un régime autoritaire, rien de nouveau sous le soleil rouge. Avec tout de même, dans le cas de Liu Xia, un vice supplémentairecar le régime de Pékin ne lui attribue pour seul crime que d'être l'épouse de Liu Xiaobo, Prix Nobel delapaix.LiuXia n'a jamais rien écrit ou dit qui touche à la politique ni à la démocratie.Mais elle est mariée avec celui qui a osé recourir au droitde pétition,inscrit dans la Constitution chinoise et demandé qu'un débat s'ouvre sur l'avenir démo cratique de la Chine.Coupable à ce titre, elle n'a jamais été autorisée à exposer ses travaux en Chine (on ne connaît ses photos que postées sur Internet),sera parmi nous,pas elle mais ses œuvres,enFrance,au Musée de Boulogne-Billancourt,à partir du 19 octobre.

Ce sera une première mondiale:nous verrons enfin les tirages originaux, exfiltrés de Chine, de photographies abstraites et symboliques, aussi réputées qu'inconnues jusque-là.

guy-sorman.jpgOn s'attendrait, le service minimum, que le ministre de la Culture français inaugure cette exposition, s'incline devant la renaissance de l'art en Chine et témoigne de son soutien envers une artiste incarcérée. Sa présence témoignerait de l'honneurde la France, du sien et de la Chine vraiment nouvelle. Mais Frédéric Mitterrand, convié par le député maire de Boulogne-Billancourt, Pierre- Christophe Baguet (UMP), ne viendra pas. Serait-il trop occupé à inaugurer quelques chrysanthèmes académiques ? Caché derrière son « emploi du temps trop chargé » on sait bien que le ministre redoute d'offenser Pékin. Les dirigeants chinois ne vont-ils pas mal le prendre ? Ne seront-ils pas tentés de nous acheter une centrale nucléaire en moins dans le cas où le ministre de la Culture obéirait à sa conscience plutôt qu'à des ordres que nul ne lui a donnés, pas plus à Pékin qu'à Paris? NicolasSarkozy,envers la Chine,est plus clair que Frédéric Mitterrand : en avril 2011,inaugurant la nouvelle ambassade de France à Pékin, on l'a entendu souligner combien les relations franco-chinoises étaient amicales et que, bien évidemment,la France  défendrait auprès des Chinois nos valeurs démocratiques.

Frédéric Mitterrand et d'autres dignitaires qui lui ressemblent seraient-ils restés à l'heure chiraquienne quand la « diversité culturelle » conduisait nos gouvernements à louer le despotisme oriental?Mais à la fin des temps,ce qui restera de la Chine,ce seront les créations de Gao, Ai Weiwei et Liu Xia:Liu Xia emprisonnée mais qu'il faut imaginer heureuse car elle apprendra peut-être, toute prison murmure, qu'en France, son œuvre,enfin,est connue et reconnue.

Ceux qui verront cette exposition découvriront que la Chine renaissante vit dans ces photos,bien plus que par les objets indifférenciés que les usines chinoises déversent sur le marché mondial.LiuXia est l'honneur de la Chine:ceux qui ne le comprennent pas,ne savent pas ce qu'est ni l'honneur, ni la Chine.

Chronique de Guy Sorman (photo) / Le Figaro.fr

Boulogne - Billancourt vous invite à l'exposition  du 20 octobre au 9 novembre

www.boulognebillancourt.fr

Peintre, poète, photographe chinoise et épouse du Prix Nobel de la paix, Liu Xiaobo, emprisonné depuis décembre 2009, Liu Xia expose des photographies en noir et blanc et des poèmes.
Une première mondiale qui se déroule à Boulogne-Billancourt,
salle des Fougères, du 20 octobre au 9 novembre.

Invitation recto.jpg

08:00 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (0)